ZACHARIE OLYMPE HERIOT (page 1/4)

(Le commandant Hériot)

 

Zacharie Olympe (dit Olympe) Hériot est née le 5 juin 1833 à Essoyes (7 ans après son frère Auguste).

Il intègre l'école militaire de Saint-Cyr le 16 novembre 1853.

Nommé sous lieutenant le 31 janvier 1855, il "passe" lieutenant le 21 mai 1859 et suit alors <l'Ecole Normale de Tir de Vincennes> où il est noté plutôt <mauvais tireur>.

Capitaine le 10 août 1868, il participe 2 ans à la guerre de 1870. Il est fait prisonnier à Strasbourg puis interné à Rastatt.

Après la guerre, il est affecté et cantonné à Foix comme Capitaine adjudant major. C'est alors qu'il épouse le 26 octobre 1875 à Ax-les-Thermes, Mlle Malvina BOYE de 15 ans sa cadette.

Après 25 ans de carrière militaire, il n'est "que" commandant, ce qui prouve qu'il n'était pas particulièrement brillant. C'est alors qu'il hérite de la fortune colossale de son frère aîné Charles Auguste, puis de sa mère.

Charles Auguste, son frère, ne possède en fait que peu de biens immobiliers en dehors de la luxueuse villa : "Villa Stoltz" au Vésinet. Olympe ne la trouvant pas à son goût la fit démolir. Sur cet emplacement, le nouveau riche qu'est le commandant Hériot, fait construire "la Villa Hériot". Hélas, cette villa ne résistera pas aux promoteurs et sera démolie.

 

 

En juin 1880, Olympe est muté à Paris où il obtient un poste à l'état-major. Ce faisant, on trouve dorénavant des appréciations élogieuses dans son dossier.

Il acquiert un hôtel particulier à deux pas des Champs Elysée, dans le quartier à la mode, où il réside avec son épouse Malvina. Bientôt, Olympe donnera de somptueuses réceptions et, <étant trop accaparé par ses affaires> démissionnera de l'armée en 1881.

Le 8 mai 1883, Malvina décède sans laisser de descendances.

Olympe s'intéressera alors de plus en plus aux "Grands Magasins du Louvre" dont il est avec Alfred Chauchard le plus gros actionnaire. Sans en connaître tous les tenants et aboutissants, en 1885, Chauchard, alors gérant du Magasin, démissionne pour laisser sa place à Olympe Hériot. Chauchard, malgré tout gardera un œil attentif sur le magasin. Olympe est bien le directeur des Grands Magasins du Louvre, mais à cause de ses "insuffisances" dans le domaine du commerce et de la gestion, le conseil d'administration l'entoure d'une équipe de spécialistes qui permettra de faire tourner l'entreprise à plein rendement.

Fin 1883, Olympe fait l'acquisition du domaine de La Boissière d'une surface de 780 hectares. 15 ans plus tard le domaine fera 1200 hectares.

Le château existe sur le domaine depuis plusieurs siècles lorsque Olympe s'y installe. Les derniers grands travaux de modernisation datent alors de 1857.

Les Hériot agrandiront le château en ajoutant les deux ailes basses à terrasse de part et d'autres du château.

En 1884, Olympe est veuf, encore jeune (il n'a pas passé la cinquantaine), très riche et sans héritier. C'est alors qu'il conçoit l'idée "d'adopter" les enfants de troupe, c'est à dire d'héberger, d'éduquer, de soigner les jeunes enfants de militaires tués ou blessés. Olympe entreprend donc la construction d'un orphelinat en commençant par offrir à l'état :

- 9 hectares 60 centiares de son domaine.

- la somme nécessaire tant pour pour l'édification des constructions de l'orphelinat que pour son aménagement intérieur et la fourniture de l"ameublement.

- un capital de un million de francs dont les revenus sont exclusivement affectés à l'entretien de l'établissement.

C'est une magnifique oeuvre philanthropique qui sera destinée à accueillir les enfants âgés de 5 à 13 ans.

 

Vue de l'orphelinat (au fond) et du château (à gauche).

 

Vue de l'orphelinat en 1886.

Page suivante...

 

Retour à la page généalogie.